Carte de Mons en Belgique

Publié le par Philippe

La chapelle fut élevée à l'emplacement d'un petit ermitage dédié à Saint-Antoine, après l'épidémie de "mal des Ardents" de 1382.
Au Moyen Age, le mal des Ardents, appelé ainsi parce qu'il donnait l'impression d'avoir le ventre dévoré par le feu, s'appelait aussi "feu Saint-Antoine", lequel saint fut invoqué contre les épidémies. S'il faut en croire un manuscrit de 1598, des chevaliers hennuyers, en route vers Jérusalem en 1352, promirent de se mettre au service des Antonins s'ils échappaient aux Turcs qui les assiégeaient dans l'île de Rhodes.
Rentrés sains et saufs, il reçurent l'autorisation du pape de fonder l'Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Antoine, un ordre plus proche de l'esprit chevaleresque que de l'idéal religieux, et qui n'avait rien à voir avec l'Ordre des Antonins.
Les chevaliers de Saint-Antoine souhaitaient s'installer à Mons mais personne n'accepta de les accueillir. En 1362, alors que le Connétable de l'Ordre traversait le bois d'Havré, il découvrit une clairière entourée de ronces. Avec l'appui de Gérard d'Havré, les chevaliers construisirent une petite chapelle flanquée d'une chambrette pour y loger un ermite. L'oratoire abritait un crucifix, une statue de la vierge et celle de Saint-Antoine. Un Montois victime du "mal des Ardents" vint y prier et obtint la guérison.
Un charpentier de Gottignies connut là une grâce identique.


.

Publié dans Chevaliers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article