Elles aussi .....Les clarisses quittent Paris Sept siècles d’histoire

Publié le par Antonins

Les clarisses quittent Paris Sept siècles d’histoire vont se refermer : les clarisses, congrégation de soeurs créée par saint François d’Assise, s’apprêtent à quitter leur monastère de Sèvres-Babylone.

Elles prient en silence « pour tous les Parisiens » depuis 1276. Et c’est dans ce même souci de ne pas faire de vagues qu’elles s’apprêtent à quitter, en toute discrétion, leur monastère de la villa de Saxe (Sèvres-Babylone, VII e ). Les clarisses de Paris, qui suivent les préceptes de sainte Claire (1194-1253, compagnon de route de saint François d’Assise), déménageront l’été prochain pour un vieux moulin à Senlis (Oise), après sept siècles de prières au coeur de la capitale.

Un choix dicté par la nécessité : le monastère de 1 800 m 2 sur cinq étages, dont elles sont propriétaires, est devenu trop grand et trop cher à entretenir pour une congrégation qui compte aujourd’hui seulement dix soeurs. Un départ qui met fin à sept cents ans d’histoire… et d’histoires.

Parisiennes de coeur. Les clarisses s’installent à Paris en 1276 dans un couvent tout neuf situé sur les terrains de l’actuel hôpital Broca (XIII e ). Elles déménagent une première fois en 1476 pour le monastère de la rue Ave-Maria (IV e ) qu’elles quittent en 1793 pour Le Puy-en-Velay (Haute-Loire), alors que la Terreur fait rage. Elles reviennent dans la capitale en 1876, et font bâtir un monastère dans la paisible villa de Saxe (VII e ). « Des générations de clarisses se sont succédé à Paris, souligne soeur Claire-Alix, abbesse (soeur supérieure) de la congrégation. Et même si nous ne devons pas accorder d’importance aux choses matérielles, la plupart des soeurs sont attachées à cette ville que nous prions d’ailleurs tous les jours. »

Le secret d’un mariage réussi. C’est une vieille croyance dont les clarisses ignorent l’origine exacte : prier sainte Claire vous garantit un soleil radieux pour votre cérémonie de mariage. Résultat : l’an passé, 280 couples parisiens sont venus confier le plus beau jour de leur vie au bon soin des clarisses. « Ils viennent taper à la porte du monastère ou nous envoient un courrier. Certains le font même par e-mail ! » s’amuse soeur Claire-Alix. Leur secret ? Prononcer cette phrase en boucle pendant la prière : « Sainte Claire, donne-nous un temps clair. » Et le soleil est prié d’obtempérer…

Millionnaires en pierres.
Bien qu’elles aient fait voeu de pauvreté, les clarisses de Paris sont théoriquement millionnaires. Selon les prix actuels du marché, leur monastère de 1 800 m 2 en plein VII e arrondissement dépasserait les dix millions d’euros à la vente. « Maintenant que nous sommes sur le point de déménager, nous cherchons un acquéreur, explique soeur Claire-Alix. L’idéal serait de vendre à une autre congrégation, mais peu ont les moyens de s’acheter un tel édifice. Depuis des années, nous sommes sollicitées par des promoteurs immobiliers. Nous avons toujours refusé, mais, là, il va falloir sans doute céder. » Avec le fervent espoir que l’esprit des lieux sera préservé.

Le Parisien Thibault Raisse | 03.02.2009, 07h00

Publié dans articles

Commenter cet article