Pseudo-ATHANASIUS du IX°........ St Mihiel Meuse (55 300 )

Publié le par Antonins

Pseudo-ATHANASIUS, De Trinitate libri VIII, et alia. – ms.
St-Mihiel, Bibl. mun., Fonds bénédictin, ms. 28



• IXe s., France (Lorraine)
• Parchemin, 147 ff. (incomplet), 240 x 125 mm. Lettre ornée (1). Reliure ancienne
• Produit dans le scriptorium de l'abbaye Saint-Michel de Saint-Mihiel (OSB)
• Réintégration, juillet 2008.
• Cf. Catalogue général de manuscrits des bibliothèques publiques de France, t. III (1861), p. 522
— Morin (Germain) et Wilmart (A.), 'Un symbole inédit attribué à saint Jerome', dans Revue bénédictine, 21 (1904), p. 1-9 ; et 'La lettre de Potamius à saint Athanase', ibid., 30 (1913), p. 257-285
• Manuscrit volé pendant la guerre de 1914-1918, restitué par son dernier détenteur, domicilié à Munich
source Bibliothèque Bénédictine de St Mihiel

http://www.palaeographia.org/acquis/acq-lib2.php?Bibl=stmihiel:bm




Le recueil des oeuvres de Saint-Athanase, manuscrit carolingien du IXe siècle, a rejoint la Bibliothèque bénédictine de Saint-Mihiel, après près d’un siècle d’absence. Cet ouvrage présente un intérêt patrimonial exceptionnel. Il est en effet le plus ancien livre connu de l’ancienne bibliothèque de l’abbaye bénédictine de Saint-Mihiel, fondée à la fin du VIIIe siècle. Le manuscrit est resté dans la bibliothèque de Saint-Mihiel jusqu’en octobre 1915, époque à laquelle, suite à un bombardement français sur la ville occupée par les Allemands, ceux-ci prirent

la décision d’emmener les livres à Metz pour les protéger. Après la restauration des salles de la bibliothèque bénédictine, les livres furent bien sûr réinstallés. On constata alors la disparition des seize manuscrits les plus précieux des bénédictins, dont le plus ancien était un recueil des oeuvres de Saint-Athanase.

 En 2007, la mise en vente de ce manuscrit a été signalée aux autorités françaises par les milieux professionnels du livre en Allemagne.

Ceux-ci étaient en effet conscients de sa valeur exceptionnelle pour la Ville de Saint-Mihiel qui retrouve avec lui une des preuves les plus anciennes de sa richesse culturelle. L’ acquéreur de ce manuscrit est la ville de Saint-Mihiel, avec les participations financières du Ministère de la Culture, de la Région Lorraine et du Conseil général de la Meuse.

http://www.cg55.fr/Fichier_Import/Kiosque/meuse55_sept_octobre2008.pdf


Publié dans Lieux Antonins

Commenter cet article