Retable des Antonins - Le christ aux limbes. Chambéry

Publié le par Antonins

le-christ-aux-limbes.jpg 

Jacquelin de Montluçon( Bourges 1467-1505)
Retable des Antonins, le Christ aux limbes, 1496-1498

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation de l’artiste

Ce tableau, peint à Chambéry, serait l’œuvre de Jacquelin de Montluçon. Ce nom apparaît sur la manche du vêtement du grand prêtre de St Lazare dans le panneau de Lyon.
Cet artiste est connu par les archives. Né à Bourges en 1467, il se forme dans l’atelier de son père. C’est un dessinateur de plans architecturaux mais aussi de tableau de chevalet. Il est issu d’un milieu artistique actif et ouvert. Il fait partie de l’entourage de Michel Colombe, sculpteur, et de son frère Jean Colombe, enlumineur, qui termine pour Charles I de Savoie, le livre enluminé « les Très Riches Heures du duc de Berry ».
Ce retable aurait été exécuté entre 1496-1498 à Chambéry, alors que Jacquelin est absent de Bourges.



Contexte historique

Le XV siècle est le siècle de l’apogée de la maison de Savoie. Elle connaît un grand essor économique et démographique avec une période d’expansion et de prospérité.
Le Duché de Savoie s’étend depuis Genève à Nice et de Chambéry à Turin. Il touche au Leman et à la méditerranée, à la Saône et au Pô. Il comprend la Savoie, le Piémont, la Provence orientale ( comté de Nice) et le pays de Vaud.
Les ducs de Savoie entretiennent une cour brillante. Ils organisent des tournois, des banquets, des danses. A Thonon s’installe un atelier de miniatures où travaillent des peintres célèbres qui orneront de fresques et de tableaux les différents châteaux de la Maison de Savoie.
De même pour la musique, Amédée VIII a la meilleure chapelle d’Europe et accueille Guillaume Dufay (1400-1474), compositeur franco-flamand.
Les artistes ont des influences très diverses : celle des Pays-Bas véhiculés par la Bourgogne et la Franche-Conté, celle d’Avignon où les peintres de Chambéry vont apprendre leur métier, celle de la Lombardie, de la Suisse alémanique. La Savoie est un carrefour où confluent toutes les tendances de l’art occidental.
Le goût pour les arts est apporté à la cour de Savoie par des femmes nées dans des familles raffinées de collectionneurs.

source:  Transversalités - http://www.artsdanslacite.fr

 

Publié dans St'ArtsTau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article