Unterlinden : des nouvelles de la restauration du retable

Publié le par Antonins

La polémique autour de la restauration du retable d’Issenheim a modifié le calendrier de l’opération.

 GMED_3B957C0C-C200-420F-A51E-A9B1A0FC8905.JPG

D’abord, un petit rappel sur l’été mouvementé au Musée d’Unterlinden à Colmar ( L’Alsace du 2 août). Le 5 juillet, un comité scientifique se réunit pour valider le projet de restauration d’un premier panneau du célèbre retable d’Issenheim, L’agression de saint Antoine. La validation acquise, deux restauratrices se sont mises au travail du 6 au 10 juillet.

Restauration fondée ou non ?

Une quinzaine de jours plus tard, une violente polémique éclate dans les médias sur le bien-fondé de cette restauration. Interviewée par de nombreux journaux, la conserva- trice en chef Pantxika De Paepe indique, notamment, que la restauration effectuée début juillet était une première phase et qu’il est prévu que ce travail soit analysé en septembre par le comité scientifique pour valider, ou pas, la méthode choisie, et pour se prononcer sur la deuxième phase — une éventuelle harmonisation de l’amincissement des vernis et les retouches —, ainsi que pour établir un calendrier sur la restauration des autres panneaux. Les deux restauratrices choisies devaient revenir dans la foulée pour finir le travail sur « le saint Antoine ».

La polémique a un peu changé la donne. Pour tenter d’apaiser la situation, la conservatrice a décidé de planifier la suite des opérations en collaboration avec la direction du Patrimoine — dont fait partie la direction des musées de France.

Dans un premier temps, deux représentants du C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées du France), dont la directrice Marie Lavandier, et deux représentants de la direction du Patrimoine vont venir voir le travail déjà effectué. Ce n’est qu’ensuite que le comité scientifique se réunira, ce qui repousse cette réunion à fin septembre, ou plus vraisemblablement début octobre.

Un comité élargi

À la demande de la direction du Patrimoine, la composition du comité scientifique va être élargie, indique Pantxika De Paepe : « J’ajoute M. Lüdke, l’ancien conservateur de la Kunsthalle de Karlsruhe, qui était le commissaire de l’exposition Grünewald en Allemagne ; Mme Ackerman et M. Heidenreich, restaurateurs également à la Kunsthalle, qui travaillent en ce moment sur le portement de croix de Grünewald ; et Vincent Pomarède, conservateur en chef du département des peintures du Louvre. La direction du Patrimoine a validé cette composition. » Il reviendra à ce groupe de spécialistes de décider si la restauration du retable doit se poursuivre ou pas.

le 15/09/2011 à 05:00 par Annick Woehl

source:L-Alsace-logo.png

Publié dans articles

Commenter cet article